Détachement: déi Lénk soutient les travailleurs du bâtiment

Jeudi 16 juin 2016, de 9.00 à 11.00 heures, à l’occasion de la réunion des ministres du travail européens, la Fédération européenne des travailleurs du bâtiment manifestera, avec le soutien de la CES et de l’OGBL, à la Place de l’Europe au Kirchberg.

Pour une fois, une manifestation ne sera pas dirigée contre des aspects de la politique européenne, mais appelle au contraire au maintien l’actuel projet de révision de la directive de 1996 concernant le détachement de travailleurs. La Commission européenne prévoit en effet d’amender cette directive afin d’instaurer une égalité de traitement avec les travailleurs du pays d’accueil, allant au-delà du salaire social minimum.

Cette proposition se heurte actuellement à l’opposition des parlements de 11 pays européens, comprenant la Grande-Bretagne et les pays de l’Est européen. C’est contre cette coalition de pays favorables au dumping social que la manifestation est dirigée.

Il s’agit d’un débat crucial au Luxembourg qui est en première ligne du détachement tant d'”importation” que d'”exportation”, et pas seulement dans le secteur du bâtiment. Dans l’intérêt également des travailleurs mobiles des 11 pays en question, il faut éviter le dumping social et ceci ne peut être fait qu’au niveau européen. Voilà pourquoi nous soutenons cette manifestation syndicale européenne.

PdL 6948 – Readmissiounsaccord mam Kasachstan

1)     Em wat geet et am Gesetzprojet?

Et gëtt ëm d’Ratifizéierung vun engem Ofkommes zwëschen de Benelux-Staaten an dem Kasachstan, datt d’Réckféierung vun ofgewisene Migrante regele soll. Eng Réckféierung ka nëmmen da statt fannen, wann am Virfeld individuell ënnersicht gouf, op déi betreffend Persoun an deem Land kenger Verfolgung ausgesat ass oder net a Gefor leeft, vun deem Land an eng geféierlech Situatioun zréck geschéckt ze ginn. Ass d’Réckféierung vun den Autoritéite beschloss, regelt dat Ofkommes déi praktesch Modalitéiten.

2)     Wat ass wichteg?

Déi Accords de Réadmission, sou gëtt gesot, géinge just administrativ Prozedure virgesi fir juristesch Decisiounen auszeféieren a si wären neutral, wann et ëm Mënscherechter geet. Sou einfach ass et awer net. Déi Accorde kënnen an der Praxis leider ganz wuel zu Mënscherechtsverletzunge  féieren, virun allem wann och d’Réadmission vu Persounen aus Drëttstaaten a Persounen ouni Nationalitéit doranner geregelt ginn, wéi dat an deem heite Vertrag de Fall ass. Den Artikel 3 gesäit jo fir, datt Lëtzebuerg ka Leit an de Kasachstan zréck schécken, egal wéi eng Nationalitéit ze hunn, virausgesat, datt se um Wee heihinner iergendwann duerch de Kasachstan komm sinn.
Dofir huet d’Versammlung vum Europarot och d’Länner opgefuerdert, nëmmen esou Accorde mat Länner ze ënnerschreiwen, déi d’Mënscherechter anhalen. Dat ass hei manifestement vergiess ginn, well d’Mënscherechtssituatioun am Kasachstan ass ganz problematesch. Zum Beispill kann een am Rapport vum UNO-Komitee géint d’Folter vun 2014 liesen, datt et an de staatleche Centres de Détention an de Centres de Rétention am Kasachstan zu Folterungen, Mësshandlungen a Vergewaltegunge kënnt, déi vun de Beamte selwer ausginn. Genau op deene Plazen also, wou Persounen aus Drëttstaaten riskéieren ze landen, wann se vun hei aus zréck geflu ginn.

3)     Wei hunn déi Lénk gestemmt?

Dogéint!
Réckféierungsofkommesse si generell kontestéiert, well se Deel vun enger Strategie sinn, déi d’Verantwortung fir d’Asyl- a Wirtschaftsmigratioun op aner Länner dréckt, dat heescht op eng Externalisatioun vun der Migratiounspolitik ofzielt. Besonnesch problematesch sinn se awer, wann se mat Länner ofgeschloss ginn, déi d’Mënscherechter oder d’Genfer Flüchtlingskonventioun net respektéieren. Am Fall Kasachstan schwätzen d’UN-Berichter do eng kloer Sprooch. Donieft sinn an dësem Ofkommes och am Detail keng Garantien a Saache Mënscherechter virgesinn, wéi se a vergläichbaren Accorde mëttlerweil Standard sinn.

Ausgang vum Vote: 58 Stëmmen dofir, bei zwou Géigestëmmen (vun déi Lénk)

All d’Dokumenter iwwer dëse Projet sinn HEI ze fannen.

déi Lénk exprime sa solidarité avec le HDP

Le 20 mai, un vote du Parlement turc a levé l’immunité parlementaire de 138 de ses député-e-s, dont 53 des 59 députés du HDP (Parti démocratique des peuples), qui est surtout présent au sein de la population kurde en prenant également la défense d’autres minorités, tout en portant les revendications du mouvement ouvrier, des femmes et de l’écologie. Cette mesure a été prise sous l’impulsion du président Erdogan, fort de ses nouveaux pouvoirs. Elle a été adoptée avec les votes de l’AKP (islamiste, le parti d’Erdogan) du parti d’extrême-droite MHP et d’une partie des kémalistes sociaux-démocrates du CHP, qui se distinguent surtout par leur nationalisme.
Cette levée d’immunité fait suite à une campagne permanente de harcèlement envers le HDP : interpellations en masse de ses membres, assassinats, attaques contre ses locaux. Le but d’Erdogan est d’exclure du Parlement les représentant-e-s de ce parti au moment où l’armée turque mène une véritable guerre dans les zones kurdes. Elle intervient dans un climat marqué par l’autoritarisme croissant d’Erdogan. Celles et ceux qui critiquent la guerre dans le Sud-Est ou les atteintes aux droits démocratiques, sont poursuivi-e-s en justice, souvent accusé-e-s de complicité avec le terrorisme, comme le montre les poursuites judiciaires et les condamnations des deux journalistes Can Dündar et Erdem Gül du quotidien Cumhuriyet, qui avaient divulgué le trafic d’armes des services secrets turcs (MIT) à destination de la rébellion en Syrie.
déi Lénk condamne cette décision et exprime sa solidarité avec le HDP et tou-te-s celles et ceux qui luttent pour la démocratie en Turquie. Nous appelons le Gouvernement du Luxembourg à prendre position contre cette mesure liberticide et à entamer des démarches auprès du Gouvernement turc et de l’Union européenne.

PdL 6792 – Modifikatioune vum Code du travail

1) Em wat geet et am Gesetzprojet?

De Projet verbessert d’Ëmsetzung vum Inhalt vun 3 EU-Direktiven zum Schutz vu Salariéen, konkret:

1. de Schutz vun Transsexuellen,

2. d’Garantie vu Matbestëmmungsrechter vu Personaldelegéierten no enger grenziwwerschreidender Betribsfusioun,

3. d’Ausweidung vum Schutz vu Salariéë bei der Insolvenz vum Betrib.

2) Wat ass wichteg?

Et ass eng Verbesserung vum Schutz vu Salariéen an en Erophiewe vun de Sozialstandard’en, eng Upassung no uewen un europäesch Standard’en. Bei der 1. Ëmsetzung vun dësen Direktiven duerch den CSV-Minister Biltgen ass manner wéi de Minimum ëmgesat ginn. Bekanntste Konsequenz war de Fall OPE (Objectif Plein Emploi), wou d’Salariéë bei der Insolvenz net vum Fonds pour l’Emploi entschiedegt gi sinn, well OPE eng asbl a kéng kommerziell Boîte war, déi konnt Faillite goen. Dëst ass elo e.a. duerch dat neit Gesetz geännert.

3) Wéi hunn déi Lénk gestëmmt?

Dofir!

Mir hunn fir dëst Gesetz gestëmmt, well et eng Verbesserung am Interessi vun de Beschäftegten ass. Mee mer hunn awer och bedauert, datt vill Problemer weider bestinn (Diskriminatioun vun Trans’/Intersexuelle Mënschen oder beim Ausbezuele vum Chômagegeld, Indemniséierung vu Salariéen am Fall vun enger Faillite) an insistéiert, datt d’Regierung dës Chantieren elo séier misst ugoen.

Dëse Projet gouf eestëmmeg an der Chamber ugeholl.

All d’Dokumenter iwwer dëse Projet sinn HEI ze fannen.

Erklärung des feministisches Netzwerkes der Europäischen Linken zum Internationalen Frauentag

Als feministisches Netzwerk der Europäischen Linken nehmen wir den diesjährigen Internationalen  Frauentag, eine sozialistische Tradition seit 105 Jahren, zum Anlass, um  gegen die zunehmende Zerstörung unserer Gesellschaften in den Ländern,  in denen wir leben ebenso wie auf dem Planeten, den wir bewohnen, zu  protestieren. Der Wohlstand, den wir in Europa genießen, muss umverteilt  werden, und zwar auf nationalstaatlicher, europäischer und globaler  Ebene, da er auf der Ausbeutung von Menschen und Ressourcen im Rest der  Welt beruht. Überall auf der Welt gehören Frauen zu den ärmsten  Mitgliedern ihrer jeweiligen Gesellschaften, obwohl wir bis zu dreimal  so viel arbeiten wie Männer. Aber unsere Arbeit wird nicht als  gleichwertig mit jener angesehen, die von Männern verrichtet wird. Mit unbezahlter oder schlecht bezahlter Sorgearbeit belastet und von einem  männlichen Ernährer versorgt gedacht, können Frauen oftmals kein finanziell eigenständiges Leben führen. Darüber hinaus ist die in den letzten Jahren erfolgte Umsetzung der Austeritätspolitik in Europa in  ihren Auswirkungen keineswegs geschlechterneutral. Frauen leben in  Situationen extremer Unsicherheit bezüglich ihrer Arbeitsplätze und  werden immer mehr in Richtung Prekarität und undokumentierter Arbeit gedrängt, wo ihre grundlegenden Arbeitsrechte mit Füßen getreten werden. Auch haben die dramatischen Kürzungen sozialstaatlicher Leistungen dazu geführt, dass die mit der Betreuung und Pflege unversorgter und  abhängiger Familienmitglieder verbundenen Belastungen immer mehr den  Frauen zugeschoben werden. Deshalb fordern wir: Arbeitsplätze, für die der Grundsatz der „gleichen Bezahlung für gleichwertige Arbeit“ gilt,  angemessene Pensionen und den Zugang zu Sozialleistungen.

Während das Leben von immer mehr  Menschen und die Beziehungen zwischen uns durch Ausbeutung, Gewalt und  Krieg gekennzeichnet sind, fahren diejenigen, die dieses System  errichtet haben und es aufrechterhalten, weiterhin die Früchte unserer  Arbeit ein, gefährden die Existenz unseres Planeten und versuchen Frauen  nach dem Abbild von Männern umzuformen. Während Not und Mangel, Hunger und Tod, Krieg und Bürgerkrieg zu den charakteristischen menschlichen  Existenzweisen werden, bleiben immer mehr Menschen dem Kampf ums nackte  Überleben und dem Kampf gegeneinander überlassen. Dies ist menschlicher  Wesen nicht würdig. Deshalb richten wir unsere Aufmerksamkeit auf jene, die für diesen globalen Zustand verantwortlich sind, d.h., nicht nur  PolitikerInnen, sondern (Finanz-) Kapitalisten, die sich die Erträge  unserer Arbeit in Form von Profiten aneignen und aus unseren  Gesellschaften jene Ressourcen abziehen, die diese so dringend bedürfen und die nicht zuletzt den Frauen vorenthalten werden. Aber nur die  Politik kann das verändern und wenn wir unsere Vision eines anderen  Europa und einer anderen Welt realisiert sehen wollen, müssen wir als  Aktivist/innen jene Politik ermächtigen, die unserem Wunsch nach  Frieden, sozialer und wirtschaftlicher Gerechtigkeit und einem von Sorge  füreinander geprägten Zusammenleben der Menschen Rechnung trägt.

Als Frauen wissen wir, dass sexistische  Gewalt überall in unserem Leben stattfindet und viele Formen annimmt. Dieses ganze Gewaltsystem – strukturell, körperlich und psychisch – muss  in Angriff genommen werden und nicht erst, wenn die Täter als ‚Männer,  die einer anderen Kultur angehören‘ identifiziert werden können. Als linke Feministinnen weigern wir uns, von einem rassistischen Diskurs und ebensolcher Politik für ihre Zwecke benutzt zu werden.
Als Feministinnen der Europäischen  Linken fordern wir ein Ende jedweden Waffenhandels und fordern wir eine europäische Außenpolitik der Friedensstiftung und -erhaltung. Angesichts der gegenwärtigen militärischen Konflikte und der himmelschreienden  ökonomischen Ungleichheit auf diesem Planeten fordern wir eine Politik  der offenen Grenzen für jene, die um ihr Leben fürchten und Zuflucht in  Europa suchen. Unsere besondere Solidarität gilt allen Frauen, die für  bessere Lebensbedingungen überall auf der Welt kämpfen.

Als EL-FEM weigern wir uns, Teil dieses  patriarchalen und kapitalistischen Wahns zu sein, der immer mehr  Menschen das Leben kostet – jedes einzelne ein Leben, das von Frauen  geschenkt wurde –, der immer mehr natürliche Ressourcen verschlingt und  weltweite Solidarität untergräbt.

Als linke Feministinnen sind wir solidarisch mit allen Frauen dieser Welt!    

Mission économique du Luxembourg aux Émirats arabes unis et au Qatar, et la situation des droits de l’homme

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 81 du règlement de la Chambre des Députés, je vous prie de bien vouloir transmettre cette question parlementaire urgente à Monsieur le Ministre des Finances.

Il me revient que vous dirigez une mission financière, présidée par le Grand-duc Héritier et accompagnée d’une délégation d’une soixantaine de représentants d’entreprises luxembourgeoises du secteur financier, aux Émirats arabes unis du 1er au 3 mars et au Qatar du 4 au 5 mars 2015. La mission aurait pour objet de faire la promotion de la place financière dans la région et de renforcer les relations politiques et économiques avec ces pays.
Vous n’êtes pas sans savoir, que dans ces Etats les droits de l’homme les plus élémentaires ne sont guère respectés (*).
Dans ce contexte, je voudrais savoir de Monsieur le Ministre des Finances:
1) Monsieur le Ministre est-il disposé à intervenir dans le cadre de la mission actuelle auprès des autorités des Émirats arabes unis et du Qatar afin de faire respecter les droits de l’homme et les huit conventions fondamentales de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et d’honorer l’engagement que «le Luxembourg attache beaucoup d’importance aux droits de l’Homme»?
2) Ne serait-il pas opportun de restreindre les relations politiques et économiques avec ces pays, aussi longtemps que les droits de l’homme les plus élémentaires n’y sont pas respectés?
Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de mes sentiments respectueux.

Justin Turpel,
Député

(*) En ce qui concerne les Émirats arabes unis, la plateforme humanrights.ch et Amnesty International notent:
«Les Emirats Arabes Unis sont un Etat fédéral qui regroupe sept émirats dont les villes d’Abou Dhabi et de Dubaï. Seules 11.5 pourcent de cette population de 8.5 millions de personnes sont des citoyen-ne-s des Emirats Arabes Unis. Il n’existe ni élections, ni principes démocratiques, ni séparation des pouvoirs. Les partis politiques sont prohibés. Les citoyens masculins peuvent formuler des demandes à l’attention des dirigeants politiques à travers des mécanismes de consultation traditionnels. Les problèmes des droits humains majeurs sont les arrestations arbitraires et les déficits dans le système judiciaire et pénitentiaire. Par ailleurs, la torture et la violence sont utilisées dans les prisons. La peine de mort est pratiquée, même si cela uniquement en de rares cas. Les libertés fondamentales relatives à la liberté personnelle, telles que les libertés d’expression, de la presse, de réunion et d’association, sont restreintes de façon disproportionnée. L’Etat empiète sur la sphère privée de ses citoyen-ne-s. Les femmes sont discriminées par la loi et dans leur vie quotidienne. La violence domestique constitue un problème. Les employé-e-s de maison et les travailleurs/travailleuses étrangers/étrangères ne jouissent guère de protection de la part de l’Etat contre l’exploitation et les abus. La traite d’êtres humains et le travail forcé sont encore une réalité. Les handicapé-e-s, les homosexuel-le-s, les personnes séropositives et les personnes qui sont malades du SIDA sont discriminées.»
Dans son rapport mondial 2015 Human Rights Watch complète ce tableau en précisant:
«En 2014, les autorités des Émirats arabes unis (EAU) ont sévèrement restreint les droits à la liberté d’expression, d’association, et de réunion, en réprimant durement les activités de dissidents et de toute personne suspectée de porter atteinte à la sécurité. De plus, les autorités n’ont mené aucune enquête sur des allégations crédibles selon lesquelles les forces de sécurité auraient emprisonné arbitrairement et torturé des opposants. Les Émirats n’ont pas protégé correctement les travailleurs migrants des graves abus qui les menacent, et notamment les ouvriers du bâtiment qui construisent l’un de ses plus prestigieux projets. Les employées domestiques migrantes travaillent aux EAU dans des conditions parfois proches du travail forcé, de l’esclavage, ou du trafic d’êtres humains.» Et «les Émirats arabes unis se targuent d’être un modèle de tolérance dans la région, mais les faits révèlent une vérité bien plus révoltante, qui trahit un mépris des principes des droits humains et de ceux qui s’engagent en leur faveur» affirma Sarah Leah Whitson, Directrice de la division Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, et conclut: «Les gouvernements et les institutions qui souhaitent développer des liens plus étroits avec les Émirats devraient regarder de plus près son récent bilan en matière de droits humains.»
En ce qui concerne le Qatar, j’avais déjà rendu attentif plusieurs fois – aussi bien lors des débats à la Chambre des Députés sur la création d’un Sukuk souverain, que dans ma question parlementaire no 660 du 28 octobre 2014 – aux conditions épouvantables des travailleurs migrants dans ce pays. Ainsi, 1,4 millions de travailleurs ont été mobilisés par cet Etat esclavagiste pour construire aéroports, routes et stades en vue de la coupe du monde de football en 2022. Jusqu’à présent, plus d’un millier de travailleurs migrants ayant participé à la construction des stades ont péri dans des accidents mortels et il est à craindre que 4 à 5.OOO morts vont s’ajouter avant l’achèvement des stades. Douze heures de travail pour quelques dollars par jour, pendant 6 jours par semaine, le système kafala ne laisse aucune place au droits élémentaires, ni au droit de former un syndicat ou d’y adhérer. Les recommandations de l’Organisation internationale du Travail (OIT), exprimant la nécessité de réformer le système kafala et de prévoir la liberté syndicale et le droit de négocier collectivement, n’ont jamais été acceptées par le Qatar.
Dans leurs réponses communes à ma question parlementaire No 660 du 28 octobre 2014, Monsieur le Ministre des Sports et Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères précisaient: «Le Luxembourg attache beaucoup d’importance aux droits de l’Homme, y compris à l’abolition du travail forcé. Ensemble avec l’Union européenne, le Luxembourg est engagé dans la promotion de la ratification universelle et de la mise en œuvre des huit conventions fondamentales de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) qui traitent de questions considérées comme des principes et des droits fondamentaux au travail: liberté syndicale et reconnaissance effective du droit de négociation collective, élimination de toute forme de travail forcé ou obligatoire, abolition effective du travail des enfants et élimination de la discrimination en matière d’emploi et de profession. Nous promouvons également des lieux de travail sûrs et sains dans le monde.»
Dans son rapport 2015 Human Rights Watch note à ce propos: «En réponse à la pression internationale croissante contre les abus de droits graves commis dans le secteur du bâtiment, les autorités qataries ont annoncé leur intention d’appliquer les réformes du travail proposées “d’ici début 2015”. Les propositions manquent de détails mais, si elles entrent en vigueur, elles réformeront en partie le système de parrainage du Qatar, appelé kafala, elles augmenteront les amendes imposées en cas de confiscation de passeport et elles permettront aux travailleurs de recevoir plus facilement des visas de sortie afin de quitter le territoire. Cependant, si les réformes reposent uniquement sur ces propositions, elles ne protégeront pas correctement les travailleurs migrants contre le trafic humain, le travail forcé et d’autres violations graves des droits, et ne leur garantiront pas le droit de quitter le pays.» «Alors que les détracteurs du Qatar cherchent à empêcher ce pays d’accueillir la Coupe du monde de football de 2022, la meilleure défense du gouvernement serait d’adopter d’importantes réformes législatives mettant fin une fois pour toutes au système de parrainage et aux frais de recrutement payés par l’employé, et sanctionnant les employeurs abusifs.»

-> Réponse

déi Lénk appelle le gouvernement à intervenir lors du prochain Conseil européen aux fins de renforcer les droits fondamentaux des réfugiés et migrants

Dans le contexte du passage de la Marche pour la liberté 2014* au Luxembourg, déi Lénk a introduit cet après-midi à la Chambre une motion invitant le gouvernement à intervenir lors du prochain Conseil européen du 26 et 27 juin aux fins de renforcer les droits fondamentaux des réfugiés et migrants.

Motion

La Chambre des Députés

–          Considérant la « Marche de la Liberté 2014 » qui passe actuellement par le Luxembourg et regroupe une centaine de réfugiés réclamant une révision de la politique migratoire répressive de l’Union Européenne;

–          Considérant que cette marche se dirige vers le Conseil européen qui se tiendra à Bruxelles, le 26 et 27 juin, afin d’interpeller les dirigeants européens par rapport à la crise humanitaire qui s’accentue depuis des années aux larges de la Méditerranée et qui a coûté la vie à des milliers de réfugiés et de migrants tentant le passage hautement dangereux vers l’Europe en espérant y trouver de l’aide et de la protection ;

–          Considérant l’arrêt de la Cour européenne des Droits de l’Homme du 23 février 2012 condamnant la pratique du refoulement de réfugiés interceptés sur haute mer par les autorités d’un pays membre de l’UE vers des pays tiers ;

–          Considérant que le Conseil européen du 26 et 27 juin à Bruxelles définira  la programmation législative et opérationnelle dans l’espace de liberté, de sécurité et justice et qui établira un nouveau cadre stratégique notamment en matière de politique de réfugiés remplaçant le programme de Stockholm;

Invite le Gouvernement

–          à intervenir lors du Conseil européen du 26 et 27 juin aux fins de renforcer les droits fondamentaux des réfugiés et migrants.

 

* A compter du 18 mai et durant le mois de juin, plusieurs centaines de réfugiés et sans-papiers venus de divers pays européens parcourent une distance de près de 500km à travers la France, l’Allemagne, le Luxembourg et la Belgique.

Cette Marche pour la Liberté a pour objectif d’interpeller les dirigeants européens sur la situation des migrants à quelques semaines des élections du Parlement européen et du Sommet du Conseil européen sur la politique de l’immigration.

Ces réfugiés, migrants et sans-papiers se sont unis pour faire valoir leurs droits en traversant diverses frontières de l’espace Schengen. Ils dénoncent les répressions et les discriminations dont nombre d’entre eux sont victimes (arrestations, emprisonnements, déportations…)

Entre le 1er et le 5 juin la marche pour la liberté fait station au Luxembourg, notamment à Schengen et à Luxembourg-Ville, où de nombreuses événements et actions symboliques sont prévus.

Pour plus d’infos: http://freedomnotfrontex.noblogs.org/

Question parlementaire concernant la situation des locataires dans les foyers pour travailleurs immigrés

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 du règlement de la Chambre des Députés, je vous prie de bien vouloir transmettre à Madame la Ministre de la Famille et de l’Intégration la question parlementaire suivante:

Il me revient qu’à la fin de l’année 2013, la nouvelle de la dénonciation de baux de 15 travailleurs immigrés logeant au Foyer pour travailleurs immigrés à la rue de Mühlenbach à Luxembourg, avait été à l’origine d’un grand émoi de la part des intéressés. En clair, ces 15 personnes devaient déguerpir en plein hiver, c’est-à-dire pour le 1er janvier 2014. Finalement, le Ministère de la Famille avait accordé un sursis de six mois, sursis qui devrait donc venir à échéance au mois juin de cette année.

En 2012 déjà, 14 locataires d’un tel foyer, situé sur la route de Thionville à Luxembourg, ont vu leur bail annulé et ont dû quitter les lieux.

Vous n’êtes pas sans savoir que les travailleurs installés dans ces foyers se trouvent généralement dans une situation très précaire: ils travaillent pour la plupart dans le secteur du bâtiment et se retrouvent souvent au chômage technique. Vu les prix du marché du logement et les conditions d’octroi d’un bail (garantie correspondant à deux, voire trois loyers), il leur est extrêmement difficile de trouver un logement décent et abordable.

Dans ce contexte, je me permets de poser les questions suivantes à Mme la Ministre de la Famille et de l’Intégration:

– Madame la Ministre peut-elle m’indiquer ce qu’il adviendra des locataires précédemment visés par la dénonciation du bail au foyer sis à la rue de Mühlenbach?

– Le foyer situé à Mühlenbach continuera-t-il à accueillir des travailleurs immigrés ou est-il destiné à un autre objet?

– Madame la Ministre peut-elle me confirmer que tous les locataires de tous les foyers sont dûment informés de leurs droits et devoirs et si oui, par quels moyens?

– Selon l’hebdomadaire Contacto, l’OLAI (Office luxembourgeois de l’accueil et de l’intégration) avait envoyé en date du 21 octobre trois ou quatre lettres supplémentaires de dénonciation du bail pour le 1er janvier 2014. Or, le sursis de six mois avait été accordé aux 15 personnes en question une semaine avant l’arrivée de ces nouvelles lettres. Quelles sont les raisons de cette incohérence?

– Quelle est la réglementation actuelle concernant le séjour dans ces foyers? A-t-elle subi des modifications jusqu’à présent?

– Madame la Ministre envisage-t-elle une réforme des conditions d’octroi et de séjour dans ces foyers et si oui, quelle en serait la teneur?

– Qu’est-il advenu du foyer situé aux abords de la route de Thionville à Luxembourg? Est-il actuellement occupé et, le cas échéant, par qui? Dans le cas contraire, Madame la Ministre peut-elle m’indiquer ce qu’elle compte faire de cet établissement?

Respectueusement,

Justin Turpel
Député

-> Réponse

 

Question parlementaire concernant le ” Plan d’action national pluriannuel d’intégration et de luttes contre les discriminations 2010 – 2014 “

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 du règlement de la Chambre des Députés, je vous prie de bien vouloir transmettre à Madame la Ministre de la Justice ainsi qu’à Monsieur le Ministre de la Famille et de l’Intégration et à Monsieur le Ministre de l’Emploi 1a question parlementaire suivante:

En 2010, Madame la Ministre de la Famille et de l’Intégration présentait le ” Plan d’action national pluriannuel d’intégration et de luttes contre les discriminations 2010 – 2014″. Ce plan présentait onze principes directeurs de la politique d’intégration dont un ciblant notamment ” l’emploi “. En matière de discrimination dans l’emploi j’aimerais poser les questions suivantes aux trois Ministres:

– combien de cas de discrimination dans l’emploi ont-ils été soumis en 2012 et 2013 à l’Inspection du Travail et des Mines?

– combien de cas ont donné lieu à des enquêtes, combien à des plaintes?

– combien de cas de discrimination dans l’emploi ont-ils été traités en 2012 et 2013 par les juridictions du travail?

– combien de cas de discrimination dans l’emploi ont-ils été traités en 2012 et 2013 par des juridictions civiles?

– combien de cas de discrimination dans l’emploi ont-ils été traités en 2012 et 2013 par le CET ? – combien de cas de discrimination dans l’emploi ont-ils été traités en 2012 et 2013 par OLAI ?

Le ” Plan d’action national pluriannuel d’intégration et de luttes contre les discriminations 2010 – 2013 ” prévoyait concernant l’emploi les aspects précis que voici :

– Valorisation des compétences professionnelles et techniques acquises à l’étranger;

– Promotion de l’employabilité des groupes cibles ;

– Élargissement de l’ouverture de la fonction publique aux citoyens de l’Union européenne ;

– Promotion de la création d’entreprises par les étrangers

– Promotion de l’employabilité des groupes cibles ;

– Formation à la diversité dans le secteur privé ;

– Promotion du principe de l’égalité de traitement dans tes entreprises ;

– Encourager la participation sociale des étrangers dans l’emploi ;

– Promotion de l’égalité dans l’emploi ;

Quels ont été pour chacun des aspects évoqués ci-dessus, les actions entreprises, les moyens y affectés, les personnes touchées et l’évaluation faite?

En vous remerciant d’avance. Monsieur le Président, ainsi que Madame la Ministre et Messieurs les Ministres, je vous prie de bien vouloir accepter l’expression de ma parfaite considération.

Serge Urbany

Député

-> Réponse

logo European Left logo GUE/NGL logo Transform! Europe