Question parlementaire relative à la récupération d’avantages fiscaux indus de la part d’une entreprise de commerce électronique.

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 83 du règlement de la Chambre des Députés, je vous prie de bien vouloir transmettre la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre des Finances.

Au terme d’une enquête approfondie ouverte en 2014, la Commission européenne a conclu en automne 2017 que le Luxembourg a accordé à une entreprise multinationale de commerce électronique des avantages fiscaux indus à hauteur d’environ 250 millions d’euros. Par conséquent, elle a demandé au gouvernement luxembourgeois de récupérer les impôts indus sur base d’une méthodologie établie dans la décision. Notons en passant qu’il s’agit d’une multinationale qui est critiquée de par de nombreux observateurs et analystes pour ses travers notamment sociaux, fiscaux et environnementaux.

Le gouvernement luxembourgeois a cependant refusé d’exécuter la décision. En décembre 2017, il a fait appel de cette décision devant la Cours de Justice Européenne – une démarche qu’on peut certainement qualifier hors du commun, étant donné qu’il n’arrive pas tous les jours qu’un gouvernement combat en justice l’opportunité d’encaisser des recettes fiscales supplémentaires à hauteur d’environ 250 millions d’euros.

Étant donné que la pandémie Covid-19 et les mesures de mitigation qui y sont liées affecteront lourdement le budget d’État, il serait certainement utile de pouvoir compter sur des recettes supplémentaires extraordinaires à hauteur substantielle.

Partant, je voudrais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre :

  • N’êtes-vous pas d’avis qu’à la lumière de la situation budgétaire actuelle il serait opportun d’abandonner la procédure en justice susmentionnée et d’exécuter la décision de la Commission européenne de 2017 ?

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments respectueux.

David Wagner

Député

De Lëtzebuerger Finanzminister schützt weiderhi Google & Co

Déi grouss Internetfirme wéi Google, Apple, Facebook oder Amazon notzen déi inkohärent Gesetzgebung an Europa aus, fir extrem wéineg Steieren ze bezuelen. D’EU-Staate wëllen dogéint virgoen, ginn dobäi awer weiderhi vum Finanzminister Pierre Gramegna blockéiert.

Bei deene multinationalen Internetkonzerner si mëttlerweil Steiersaz wäit ënner 5% d’Reegel, well se ee Land kënne géint dat anert ausspillen an hir Comptabilitéit entspriechend strukturéieren. Doriwwer freeë kënnen sech d’Aktionäre vun deene Konzerner, wärend de Länner Recetten a Milliardenhéicht entginn, déi da mussen op anerer Plaz agespuert ginn. Doriwwer eraus leiden och déi kleng- a mëttelstänneg Betriber dorënner, well se enger deloyaler Konkurrenz ausgesat sinn.

D’EU-Kommissioun huet am Mäerz eng Propose virgeluecht, fir dësem Problem bäi ze kommen. Et geet virun allem drëms, fir dës Konzerner eng Ëmsazsteier vun 3% anzeféieren. Och wann dat wéineg ass, ass et op mannst e klenge Schrëtt an déi richteg Richtung. Déi allermeeschte Länner stinn dofir och hannert dësem Virschlag. Just Lëtzebuerg huet nees mat e puer wéinegen anere Länner bei enger rezenter Reunioun zu Wien blockéiert.

Fir déi Lénk ass d’Bekämpfung vun deene skandaléise Steierpraktike vu multinationale Konzerner eng wichteg Prioritéit. Amplaz d’Interête vun dëse Konzerner an hir Aktionären ze verdeedegen, soll déi Lëtzebuerger Regierung endlech mam Steierdumping Schluss maachen a mat den internationalen Organisatioune konstruktiv no Léisunge sichen.

logo European Left logo GUE/NGL logo Transform! Europe