Référendum grec: une chance unique pour l’Europe!

Depuis mercredi, le Luxembourg est en charge de la Présidence du Conseil Européen, en ce moment où l’Union Européenne est fortement remise en question. L’UE est incapable de trouver des solutions à la catastrophe des migrants ainsi qu’à la crise de la dette grecque.

Des intérêts économiques sont train de diviser les Européens, tout en ayant des conséquences dramatiques en termes de cohésion sociale et politique. Même au sein de l’union monétaire européenne, des pays sont mis en concurrence. Des mesures  sont prises au nom de la compétitivité, comme par exemple le dumping salarial en Allemagne ou encore le dumping fiscal au Luxembourg, alors qu’en fin de compte, celles-ci nuisent à tout le monde. Comme avec tous les conflits, seuls  quelques-uns qui en profitent au détriment des plus faibles. Afin de préserver les intérêts des banques et investisseurs, le peuple grec est poussé dans une crise humanitaire depuis cinq ans. Sur base de recommandations de cabinets de conseil et de banques, comme Goldmann Sachs, confortées par des agences de notation et en collaboration avec des technocrates de la Troïka, qui sont déjà en train de former un gouvernement de remplacement, les riches et les multinationales sont de plus en plus défiscalisés, alors qu’en même temps l’Etat social est démonté sur le dos du peuple. La recherche de coupables afin de cacher sa propre misère mène de plus en plus vers le nationalisme.

Il est intolérable de monter les salarié-e-s, retraité-e-s, les jeunes et les sans-emploi des différents pays les uns contre les autres. On ne peut pas non plus tolérer qu’il n’existe que le chemin de l’austérité pour l’Europe. C’est pourquoi il est important de soutenir SYRIZA, en tant que premier gouvernement européen à s’opposer aux mesures d’austérité, dans son effort de rompre avec la logique échouée de la Troïka des dernières années, et d’esquisser un nouveau chemin pour l’Europe.

Ce sont les forces de gauche qui s’engagent pour renforcer la solidarité, la démocratie et la dignité pour tous. l’Europe ne peut que fonctionner de façon solidaire.

Le référendum de ce dimanche, organisé par le gouvernement grec, est une chance unique pour l’Europe. C’est la première fois qu’un peuple aura l’occasion de s’exprimer au sujet d’une politique économique, sociale et financière, au lieu de se la voir imposée. C’est un signe fort que l’ambiance en Grèce ne s’est tournée ni contre l’Europe ni contre l’euro, mais que le peuple tient à l’idée d’une autre Europe.

 

Macht ein Referendum in Griechenland Sinn?

Carole Thoma (Pro & Contra im Lëtzebuerger Journal) – déi Lénk unterstützen den Entschluss der griechischen Regierung, sich nicht auf die erpresserischen Methoden der Gläubiger einzulassen, welche sich strikt weigerten, über alternative Vorschläge zu diskutieren. Andernfalls hätte sie die demokratische Entscheidung des Volkes übergangen, das sich während der letzten Wahlen klar gegen die Austeritätspolitik der Troika ausgesprochen hatte. Allein die griechische Bevölkerung darf und soll über ihre eigene Zukunft souverän entscheiden – nicht Technokraten, die über keinerlei demokratische Legitimation verfügen. Wer direkte Demokratie in einer solch kruzialen Frage, die nicht nur die griechische, sondern die gesamte europäische Bevölkerung betrifft, nicht akzeptiert, gefährdet die Grundprinzipien des europäischen Projektes.

logo European Left logo GUE/NGL logo Transform! Europe