L’intervention de notre député Serge Urbany dans le débat sur les projets commerciaux de Livange et Wickrange

Le 13 juin 2012 a eu lieu à la Chambre des Députés le débat sur les projets commerciaux de Livange et de Wickrange. Voici l’intervention du député de déi Lénk, Serge Urbany:

view video on chd.lu 

Den Avis juridique vu Me Florence Turk werft bei deser Debatt eng ganz Partie vu wichtege Froen op a get Äntwerten drop, déi fir d’Regirung onbequem sin.

An dem Sënn ass d’DP ze félicitéiren, den Avis an Optrag gin ze hun.

Den Avis juridique zitéiert ugangs en Auteur iwer d’ »montages contractuels complexes » tëschent Staat a privaten ékonomeschen Akteuren:

« Il ne fait aucun doute que dans de nombreuses hypothèses la décision d’avoir recours à un montage complexe procède de la volonté délibérée des parties contractantes d’esquiver, d’échapper à certaines règles », z.B. déi Gesetzer , déi méi Transparenz am Emgank mat den öffentléche Mëttele verlaangen, a mengt esouguer :

« En ce sens, montage complexe pourrait sous-entendre opacité et personnalisation des rapports contractuels. »

Déi Wiirkung gesäit een hei däitlech.

An do si mer beim Kär vum Problem, den desen Avis juridique fräileet:

De Bau vun engem nationale Fussballstadion, dee jo sans aucun doute am intérêt public geschitt, ass

– entweder als e service public unzegesin deen un e privaten Akteur delegéiert get;

-oder als e PPP (Public-Privat-Partnership) wou sech Staat a private Promoteur d’Käschten deelen.

A béide Fäll hätt d’Regirung d’Obligatioun gehat, wéi den Avis noweist, esouwuel vis-à-vis vun der Öffentléchkeet, wéi vun der Chamber, wéi – wann ee wëll an der Logik Privat-Staat bleiwen – vis-à-vis vun anere potentiellen Ubidder transparent an offen ze handelen.

Déi Informatiounspflicht betrëfft iwrijens och – muss een derbäi soen – déi spéider Notzungsbedingungen vum private Stadion fir Sportveräiner.

Domat get d’Argumentatioun vun der Regirung widderluecht, dass et sech beim Projet em e reng privat finanzéierte Projet handelt, deen d’Regirung fräi wir fir z’ënnerstëtzen, ouni irgend engem Rechenschaft ofzeleën an ouni öffentléch an transparent firzegoen.

Ech wëll méch net hei mat dem Anektotenhaften am Dossier Léiwéng befaassen.

Ech ka méch och net mat der Logik u séch vun esou engem Projet vu private Promoteuren befaassen, dee jo – wéi hei gesot gin ass – aus engem Gromperestéck eng Goldmine mécht. Den Här Fayot verweist op auslännesch Beispiller, ech weess net watfir Oligarchen en domat mengt … dee vu Charkiw?

Mee wat mir als déi Lénk op jidde Fall verlaangen, dat ass en Inventaire an eng Veröffentléchung vun allen Accorden déi d’Regirung mat private Promoteure getraff huet an aner Piècen déi de prêt ou de loin den Intérêt public betreffen.

Mer ënnerstëtzen dobäi och d’Asetzung vun enger Commission d’enquête déi als eenzeg kann der Chamber, als eigentléche Souverän hei am Land, d’Moyene gin, déi Texter ze kréien an och méiglech Zeien ënner Eed ze héiren.

Et handelt sech hei offensichtléch net em eng Regirungskris, mee em eng demokratesch Kris vis-à-vis vun der Exekutivgewalt.

Ech maachen hei keng Virwërf déi de penalen Aspekt behandelen, ech hu keng Beweiser.

Déi penal Fro get hei bewosst dramatiséiert.

Penal Plainten a Géigeplainten huelen awer der Chamber d’Souveränitéit ewech.

Wann et dozou kënnt, hun déi d’Verantwortung déi di Commission d’enquête ofleenen.

(Eleng dat geschwatent Wuert gëlt)

Livange, Ban de Gasperich : arrêtons le délire Becca !

Le Sud de la capitale va-t-il devenir un « second Kirchberg » ? La manière dont procède le gouvernement dans l’aménagement du territoire a été révélée par le Mouvement écologique à propos de la construction du stade à Livange. L’on y découvre que seuls les intérêts de grands promoteurs sont pris en considération.

Or, le même homme d’affaires, « selfmade-man », Flavio Becca, qui est derrière le projet de Livange, se trouve également être le principal promoteur de l’aménagement du « Ban de Gasperich», qui est activement soutenu par le conseil échevinal DP-déi Gréng. déi Lénk Stad réitère sa revendication d’imposer immédiatement un moratoire à la manière dont le Ban de Gasperich doit être aménagé. En effet, nous faisons face à un désastre social et écologique.

Un désastre social car, malgré le manque absolu de logement abordables en ville, le projet de prévoit la construction que de très peu de logements. La majeure partie d’entre eux seront des « appart-hôtels », qui ne répondent pas aux demandes de la population.

De fait, il n’y a aucun concept d’urbanisation humaine qui est prévu. Pour l’instant, aucune construction d’école, hormis l’installation du Lycée privé français Vauban. La construction pharaonique de deux boulevards de 40 mètres de largeur va provoquer un afflux massif de trafic (environ 35.000 déplacements de voiture supplémentaires par jour).

On se demande aussi à quoi servira la construction d’un hypermarché Auchan (37.500 mètres carrés, soit plus du double de la surface de l’Auchan au Kirchberg !), à part à provoquer des embouteillages monstres dans des quartiers déjà congestionnés par le trafic et à détériorer encore davantage la situation du commerce de proximité. De plus, le bétonnage de la zone aura des répercussions néfastes sur le sous-sol et le drainage des eaux. Seul Monsieur Flavio Becca pourra s’en réjouir. Et l’on se demande également si les travailleurs frontaliers préféreront vraiment y dépenser leur argent en rentrant chez eux, alors qu’ils devront déjà faire face à un trafic des plus stressants.

Nous appelons le gouvernement à imposer un moratoire à ce projet pour des raisons écologiques et sociales.

Le prochain conseil échevinal devra tout mettre en oeuvre afin de revoir de fond en comble ce projet. Une urbanisation du Ban de Gasperich ne doit pas se faire pour les intérêts des promoteurs mais en concertation avec les habitants concernés, les organisations de défense de l’environnement et les syndicats.

Arrêtons le délire Becca !

logo European Left logo GUE/NGL logo Transform! Europe