GUE/NGL condemns Ukrainian government’s undemocratic attempt to suppress Communist Party

In light of the Ukrainian Parliament passing a new law that seeks to abolish and prohibit the Communist Party of Ukraine if signed by President Porošenko, GUE/NGL MEPS have expressed their great concern regarding this attempt to ban the party and all its symbols.

The Group calls on the President not to sign this law and to safeguard the Communist Party of Ukraine’s parliamentary statute and resulting immunity.

The Group expresses its solidarity with the Communist Party of Ukraine and condemns the blackmail, attacks, intimidation and destruction of property that the party has been subjected to in recent months.

Not only do the actions taken against the Communist Party of Ukraine highlight the failure of Ukraine to meet its obligations as a party to many key international human rights instruments, they reflect a dangerous trend in the new Ukrainian government’s policy to suppress critical voices.

All parties and organisations which criticise the government must be free to act without restrictions and intimidations.

The GUE/NGL Group will send relevant messages to the President of the EP and the European Council demanding their intervention regarding this issue.

GUE/NGL

Ukraine: contre les simplifications, pour la souveraineté populaire et démocratique

Depuis des années, l’Ukraine se trouve aux prises tant des oligarques de tous bords qui la gouvernent ou l’ont gouvernée, ainsi que des intérêts géostratégiques aussi bien russes qu’occidentaux. Ces luttes pour le contrôle de l’Ukraine sont à l’origine de l’engrenage actuel. Nous récusons toute forme de simplification et nous nous réjouissons que l’ensemble des forces politiques du Luxembourg rejettent toute approche manichéenne. Le danger le plus immédiat est celui de l’intervention russe en Crimée, qui viole autant la loi internationale que les garanties données par la Russie elle-même en 1994. Il y a un risque que cette incursion s’étende à d’autres régions d’Ukraine. Pour cela, il faut soutenir toute initiative de dialogue et de coopération qui garantiront la paix.

Parallèlement, l’Union européenne, le FMI et les Etats-Unis cherchent à profiter de la situation dramatique d’Ukraine pour proposer – ou imposer – une « aide » au prix de réformes néolibérales dont on connaît la couleur, pour les avoir vues en Grèce, Portugal et ailleurs. Nous n’acceptons pas que l’Ukraine devienne l’enjeu d’une lutte géopolitique entre l’Union européenne et la Russie, chacune motivée par ses propres intérêts. Toute aide à ce pays doit être accordée sans conditions.

Nous condamnons donc aussi bien l’intervention armée russe que les agissements de certaines puissances occidentales, notamment dans le but de faire intégrer l’Ukraine à l’OTAN.

La Russie cherche à justifier son intervention en Ukraine par le danger fasciste. Il y a des fascistes en Ukraine et nous condamnons fermement leurs agissements. Nous trouvons particulièrement inquiétant la présence au nouveau gouvernement de membres du parti Svoboda. Mais nous n’acceptons pas l’amalgame entre l’extrême droite et le mouvement de masse qui a renversé Ianoukovitch, tout comme nous n’acceptons pas l’amalgame établi entre le gouvernement intérimaire et la population du Maïdan.

C’est au peuple ukrainien et à lui seul de décider démocratiquement de son avenir, y compris la question de ses relations avec l’UE, la Russie ou d’autres pays. Il importe de soutenir toute initiative émanant de la société civile en faveur des droits sociaux et des libertés démocratiques. Ces luttes sont partagées par les citoyens à travers le monde et doivent se rejoindre. Nous condamnons donc aussi bien l’intervention armée russe que les agissements des puissances occidentales. Nous exigeons le respect de la souveraineté de l’Ukraine et de l’inviolabilité de ses frontières.

 

Zu Gast im Land: In Syrien hält das Grauen an

(« Zu Gast » im Lëtzebuerger Land, 13. September 2013)

Frank Jost – Die Westmächte wollten wirklich kurzfristig militärische Angriffe in Syrien, doch konnten sie nicht durchführen, vorläufig nicht. Einmal hatten sie in den USA, Großbritannien und Frankreich die öffentliche Meinung gegen sich. Krieg durch noch mehr Krieg stoppen, das kann doch nicht aufgehen! Dann verweigerte paradoxerweise eine kleine Gruppe von rechten, euroskeptischen Tories ihrer Regierung die Gefolgschaft, so dass es in London keine Mehrheit mehr für einen Militärschlag gab. Nachdem nur noch wenige atlantische Mächte übrig waren, die eine Operation jenseits des internationalen Rechts und der UNO wagen wollten, führte die Initiative des russischen Außenministers zum Aussetzen der militärischen Lösung.

Das ist erst einmal gut so. Der geplante Militäreinsatz hätte gar nichts an der dramatischen Lage der syrischen Bevölkerung geändert. Er wäre vor allem ein Machtbeweis des Westens gewesen, ohne Aussicht auf eine spätere Minderung der Massaker. Es darf nicht vergessen werden, dass von den über 100.000 Toten des Bürgerkriegs, 99 Prozent durch konventionelle und nicht durch chemische Waffen umgekommen sind. Hingegen würde ein Militärschlag die Repressalien des barbarischen Regimes von Bachar Al-Assad eher verschärfen als bremsen und dahin wirken, dass der Krieg sich weiter in der Region ausbreitet.

Die Millionen Flüchtlinge in den Nachbarländern Syriens und die Millionen umherirrenden Männer, Frauen und Kinder in Syrien brauchen eine Unterstützung, die es ihnen erlaubt, sich von der Diktatur zu befreien. Es ist am syrischen Volk seinen Weg zu Demokratie, sozialer Gerechtigkeit und nationaler Dignität zu bestimmen, ohne dass die Großmächte in Ost und West dabei ihre Interessen in den Vordergrund stellen. Innerhalb der syrischen Opposition brauchen die fortschrittlich-weltlichen, demokratischen Kräfte Unterstützung auch gegen die Einflussnahme der Islamisten und der bewaffneten gangsterhaften Milizen, die aus der chaotischen Lage Profit ziehen.

Die dieser Tage bekannt gewordenen Aussagen des aus der Geiselhaft entlassenen Journalisten Quirico der Stampa zeigen, wie weit die Situation bereits verfault ist. Es kann auf die Dauer kein Überleben des Assad-Clans an der Spitze des syrischen Staates geben. Es kann aber noch unendliches Leid in der Zivilbevölkerung geben, bis dieses Regime am Boden liegt.

Die in Aussicht gestellte Isolierung und Auslieferung oder Vernichtung der chemischen Waffen ist wohl ein Erfolg, doch darf dieser nicht die schwierige Lage der demokratischen Opposition verdecken, die vor zwei Jahren in friedlichen Demonstrationen das Aufbegehren gegen Assad angestoßen hatte und nun unter der logistisch-militärischen Übermacht des verbrecherischen Regimes leidet und viel mehr Unterstützung braucht.

Wahlkampf hin oder her, es ist nun an der Zeit die Solidarität mit der demokratischen Opposition zu stärken, einen späteren Militärschlag der USA und Frankreichs zu verhindern, gegen Waffenlieferungen an Assad zu protestieren, den Zustrom importierter Islamisten zu unterbinden. Es muss auch Druck gemacht werden, dass die luxemburgische Präsenz im UN-Sicherheitsrat in diesem Sinn einwirkt. Trotz der verwirrenden Meldungen aus Syrien und auch aus den Ländern der Region, wo die demokratischen Revolten noch ihren holprigen Weg suchen, wird bei uns eine Friedensbewegung erneut gebraucht, damit das Morden ein Ende findet und der Nahe Osten besseren Zeiten entgegen geht.  

Frank Jost ist Mitglied des Koordinationsbüros von déi Lénk und Kandidat im Süden

Syrien: Wir sind weiterhin gegen jeden Militäreinsatz

Nach der außenpolitischen Kommission von heute Morgen, die Außenminister Jean Asselborn zur Situation in Syrien anhörte, erklärt der Abgeordnete von déi Lénk, Serge Urbany:

„Nach dem Votum des britischen Parlamentes gegen den geplanten Militäreinsatz der USA, Frankreichs und Großbritanniens ist eine fundamental neue Situation entstanden, die erstmals die Parlamente und die Öffentlichkeit in eine Dynamik der Infragestellung der kriegerischen Spirale der letzten 10 Jahre, angefangen beim Irak-Krieg, brachte.”

Wir unterstützen alle Bemühungen zur endgültigen Vernichtung chemischer Waffen in Syrien, zur Unterbindung des Waffenhandels und zur konkreten Hilfe an die syrische Bevölkerung, die diesem mörderischen Krieg ausgesetzt ist. Die internationale Gemeinschaft hätte hier schon lange handeln müssen, anstatt dass die verschiedenen Mitglieder besonders des UN-Sicherheitsrates ihre eigenen Interessen verfolgen.

Wir bleiben jedoch der Meinung, dass ein Militäreinsatz seitens der Großmächte, und sei es mit Mandat der UNO, weiterhin inakzeptabel bleiben wird und appellieren an die Regierung, sich im Sicherheitsrat in allen Hypothesen dagegen auszusprechen. Wir bleiben auch der Meinung, dass darüber das Luxemburger Parlament jetzt debattieren müsste und bedauern, dass offensichtlich keine andere Partei sich für eine solche Debatte ausspricht.

Conflit en Syrie: Serge Urbany demande une réunion urgente de la Chambre des Députés

Monsieur le Président,

La décision du président Obama du 31 août de convoquer le Congrès américain pour lui laisser la décision finale d’une intervention armée en Syrie ouvre une fenêtre d’opportunité pour empêcher des frappes militaires qui ne résoudraient aucun problème et qui se situeraient en plus en dehors de l’ONU.

En même temps devrait, à mon avis, s’ouvrir un nouveau débat sur d’autres possibilités d’arrêter le carnage en Syrie et d’y faire prévaloir la légalité internationale, tout en rendant possible l’aide internationale aux forces démocratiques.

L’opinion publique ne peut en effet rester passive devant les conséquences désastreuses de la guerre civile meurtrière, menée probablement aussi par des armes chimiques, prohibées internationalement, provoquant des vagues de plus en plus importantes de réfugiés.

Le volte-face surprenant du président américain, qui pourrait décider seul des frappes militaires, est sans aucun doute dû à la montée de la résistance contre la volonté unilaterale exprimée par les gouvernements des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, tout comme de la Turquie, d’ajouter la guerre à la guerre, sans aucune possibilité d’issue pacifique et démocratique.

Cette décision vient après le vote dans la nuit de jeudi, 29 juillet, du Parlement britannique qui a majoritairement repoussé l’option militaire sans mandat de l’ONU qui lui fut proposée par le gouvernement de Monsieur Cameron.

La Commission des Affaires étrangères et européennes, de la Défense, de la Coopération et de l’Immigration s’était réunie jeudi matin pour écouter les explications de M. Le Ministre des Affaires Etrangères Jean Asselborn et pour avoir un premier échange de vue sur la situation.

Il semblait y avoir consensus minimal sur le fait qu’il faut un débat préalable au Conseil de sécurité avant toute frappe militaire des Etats-Unis et de leurs alliés. Mais ce consensus ne suffit plus, à mes yeux.

Aujourd’hui, nous nous trouvons devant une situation qui a changé fondamentalement en ce que, dans les pays mentionnés, de nouvelles opportunités d’arrêter les frappes militaire se sont manifestées, le parlement français devant aussi se réunir les prochains jours.
Je demande donc de réunir la Chambre des Députés en séance plénière la semaine prochaine pour débattre publiquement de la position à adopter par le Luxembourg au sein du Conseil de sécurité et pour montrer son opposition aux frappes militaires envisagées également vis-à-vis des parlements et opinions publiques américaine et française.
Je demande aussi de réunir au préalable la Commission concernée afin de préparer ce débat.

Copie de la présente lettre, qui est publique, est adressée également à M. Ben Fayot, président de la Commission des Affaires étrangères et européennes, de la Défense, de la Coopération et de l’Immigration.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma parfaite considération.

Serge Urbany

Conflit en Syrie: Serge Urbany demande une réunion urgente de la Chambre des Députés

Monsieur le Président,

La décision du président Obama du 31 août de convoquer le Congrès américain pour lui laisser la décision finale d’une intervention armée en Syrie ouvre une fenêtre d’opportunité pour empêcher des frappes militaires qui ne résoudraient aucun problème et qui se situeraient en plus en dehors de l’ONU.

En même temps devrait, à mon avis, s’ouvrir un nouveau débat sur d’autres possibilités d’arrêter le carnage en Syrie et d’y faire prévaloir la légalité internationale, tout en rendant possible l’aide internationale aux forces démocratiques.

L’opinion publique ne peut en effet rester passive devant les conséquences désastreuses de la guerre civile meurtrière, menée probablement aussi par des armes chimiques, prohibées internationalement, provoquant des vagues de plus en plus importantes de réfugiés.

Le volte-face surprenant du président américain, qui pourrait décider seul des frappes militaires, est sans aucun doute dû à la montée de la résistance contre la volonté unilaterale exprimée par les gouvernements des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, tout comme de la Turquie, d’ajouter la guerre à la guerre, sans aucune possibilité d’issue pacifique et démocratique.

Cette décision vient après le vote dans la nuit de jeudi, 29 juillet, du Parlement britannique qui a majoritairement repoussé l’option militaire sans mandat de l’ONU qui lui fut proposée par le gouvernement de Monsieur Cameron.

La Commission des Affaires étrangères et européennes, de la Défense, de la Coopération et de l’Immigration s’était réunie jeudi matin pour écouter les explications de M. Le Ministre des Affaires Etrangères Jean Asselborn et pour avoir un premier échange de vue sur la situation.

Il semblait y avoir consensus minimal sur le fait qu’il faut un débat préalable au Conseil de sécurité avant toute frappe militaire des Etats-Unis et de leurs alliés. Mais ce consensus ne suffit plus, à mes yeux.

Aujourd’hui, nous nous trouvons devant une situation qui a changé fondamentalement en ce que, dans les pays mentionnés, de nouvelles opportunités d’arrêter les frappes militaire se sont manifestées, le parlement français devant aussi se réunir les prochains jours.
Je demande donc de réunir la Chambre des Députés en séance plénière la semaine prochaine pour débattre publiquement de la position à adopter par le Luxembourg au sein du Conseil de sécurité et pour montrer son opposition aux frappes militaires envisagées également vis-à-vis des parlements et opinions publiques américaine et française.
Je demande aussi de réunir au préalable la Commission concernée afin de préparer ce débat.

Copie de la présente lettre, qui est publique, est adressée également à M. Ben Fayot, président de la Commission des Affaires étrangères et européennes, de la Défense, de la Coopération et de l’Immigration.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma parfaite considération.

Serge Urbany

Non aux frappes militaires contre la Syrie.

Si l’utilisation d’armes chimiques contre la population civile le 21 août dernier se confirme, ce serait-là un acte de pure barbarie à condamner absolument.

Pour autant, les frappes militaires qui sont envisagées par les puissances occidentales en violation du droit international ne résoudraient en rien la situation déplorable de la population syrienne. Au contraire, elles augmenteraient dramatiquement les conséquences de la guerre pour la population civile, comme on l’a vu en Irak, tout en envenimant un conflit qui commence déjà à s’étendre dans la région. Une intervention sous couvert de l’ONU serait tout aussi désastreuse et par conséquence inadmissible.

C’est au peuple syrien de décider de son avenir en toute indépendance, avec toute l’aide internationale indispensable, mais sans les manœuvres et interventions directes d’Etats qui défendent d’abord leurs propres intérêts. Face à un pouvoir qui a coupé tous les ponts des compromis, nous soutenons le peuple syrien et ceux de ses représentants qui se battent pour la démocratie, la justice sociale et la dignité nationale dans le respect de toutes ses composantes contre le clan de Bachar Al-Assad et le refus de toute tutelle étrangère.

Nous demandons au gouvernement luxembourgeois de défendre cette ligne au conseil de sécurité des Nations Unies.

Le PGE condamne l’intervention imminente des USA et de ses alliés occidentaux contre la Syrie

Le Parti de la gauche européenne (PGE) condamne l’intervention imminente des USA et de ses alliés occidentaux en Syrie pour plusieurs raisons.

Notre seul credo est l’intérêt de la population syrienne. Nous condamnons tous les crimes commis depuis 2 ans contre les populations civiles: celles du régime Assad qui a pris la responsabilité de l’engrenage militaire contre le mouvement populaire, et celles des autres. L’usage d’armes chimiques est un crime inacceptable. L’ONU doit en établir les responsabilités.

Mais nous sommes convaincus que la guerre ne sauvera aucune vie civile. Dans les cas précédents, en Libye, Iraq et Afghanistan, l’usage de la guerre comme solution à un conflit a aggravé la situation. Nous affirmons la suprématie de la recherche permanente d’une solution diplomatique et pacifiste à tous les types de conflits, basée sur le droit et les institutions internationales. La guerre tiendra éloignée toute solution politique.

Il y a de plus un risque réel d’une extension du conflit à toute la région compte tenu des intérêts géopolitiques des grandes puissances internationales: USA, Israël, Iran, Russie, Arabie Saoudite, Turquie et plusieurs pays européens comme la France et le Royaume Uni.

D’un point de vue global, une réflexion doit débuter sur les conditions à réunir pour éviter ce type de conflit à l’avenir: un nouvel ordre international doit émerger. Le co-développement et la solidarité, le travail commun pour répondre aux défis posés à l’humanité doivent remplacer la compétition et les égoïsmes.

Pour toutes ces raisons, nous ne pouvons pas accepter que des pays européens comme le Royaume Uni, la France, l’UE elle-même et certaines forces politiques soutiennent une telle intervention en Syrie.

Les peuples européens sont contre la guerre comme le prouvent les sondages: 69% des allemands sont contre, seulement 25 des anglais sont pour et 55% des français sont contre.

Nos partis membres, dans leurs parlements respectifs, voterons contre la guerre et feront des propositions pour relancer le processus politique en Syrie ainsi que la démilitarisation du monde, à commencer par l’interdiction des armes chimiques.

L’UE et nos pays peuvent initier l’organisation d’une table ronde avec toutes les parties du conflit. C’est le seul moyen de protéger la population syrienne et les peuples du Moyen orient.

Parti de la gauche européenne
29 aout 2013

Solidarité avec les manifestant-e-s

déi Lénk se déclare solidaire avec les manifestations en Turquie et surtout avec toutes les victimes de la répression policière meurtrière ordonnée par les responsables politiques en Turquie ces derniers jours. La violence de l’Etat et l’usage de gaz lacrymogène contre des quartiers entiers, des enfants et adolescents est profondément méprisable.

Les jeunes et moins jeunes en Turquie sont descendus spontanément dans la rue dans des dizaines de villes pour exprimer leur opposition aux projets du gouvernement, dirigé d’une main autoritaire par le Premier Ministre Recep Tayyip Erdo?an.

La construction d’un centre commercial dans le parc Gezi au centre d’Istanbul a été un élément déclencheur mais le mécontentement de la population est plus profond. Les citoyen-ne-s se battent pour leur libertés, la liberté d’expression, la liberté des médias, les droits des femmes, des minorités, la laïcité.

Notre solidarité s’adresse en particulier à tous les mouvements progressistes et émancipateurs de la société turque qui se révoltent dans la suite logique d’une vague de protestations partout dans le monde ces dernières années.

Nous tenons également à critiquer l’emploi d’une intervention policière complètement démesurée contre le mouvement « Blockupy » à Francfort samedi passé. Là aussi de milliers de personnes tenaient à exprimer pacifiquement leur désaccord avec les politiques austéritaires de l’Allemagne et de l’Union Européenne.

Là où le peuple se révolte et se libère, le système capitaliste réagit par la répression, la violence et les mensonges. A nous de le dénoncer.

Pour le retrait immédiat des soldats luxembourgeois !

Cela fait 11 ans que les troupes de l’OTAN (ISAF) occupent l’Afghanistan. Onze années d’une occupation au bilan catastrophique pour les populations civiles. Onze années d’une occupation dont l’objectif réel n’est non pas la « démocratisation » de l’Afghanistan mais d’assurer aux puissances occidentales, et en première ligne les Etats-Unis, une position géostratégique dans cette région. Souvenons-nous : l’intervention militaire en Afghanistan fut la première étape, avant l’invasion de l’Irak, d’une prétendue guerre contre le terrorisme. Face aux massacres de civils, aux bombardements aveugles des forces de l’Isaf, la population afghane rejette de plus en plus cette présence étrangère et meurtrière sur son sol. Dernièrement, 16 civils – dont neuf femmes et trois enfants – ont été assassinés par des soldats américains. Des « accidents de parcours » qui se répètent et que de simples excuses et regrets des états-majors ne peuvent compenser. Dès le début de l’invasion de l’Afghanistan, déi Lénk avait marqué son opposition à cette opération et les faits récents ne font que nous confirmer dans notre certitude que cette guerre ne fait qu’apporter la désolation tout en renforçant davantage les Talibans et les différents chefs de guerre. Il est grand temps de mettre fin à cette tragédie. Les neuf soldats luxembourgeois stationnés en Afghanistan doivent être rapatriés au Luxembourg et non déplacés de Kaboul à Kandahar, où la sécurité du contingent luxembourgeois est sérieusement mise en danger. déi Lénk exige du gouvernement que le Luxembourg mette d’urgence fin à sa participation à l’occupation illégitime de l’Afghanistan.

logo European Left logo GUE/NGL logo Transform! Europe