déi Lénk demande des mesures immédiates contre le racisme au Luxembourg et partout dans le monde

déi Lénk soutient les mouvements de contestation aux États-Unis et en Europe et appelle le gouvernement luxembourgeois à s’engager plus contre le racisme.

George Floyd fut assassiné par l’État américain le 25 mai :  il mourut après qu’un policier s’agenouilla sur sa gorge pendant 8 minutes et 46 secondes pendant que Floyd l’implorait : „I can’t breathe“. Breonna Taylor, une infirmière de 26 ans, fut abattue par la police dans son domicile le 13 mars, par erreur. Eric Garner fut assassiné par l’État américain le 17 juillet 2014 : il mourut après qu’un policier l’étrangla durant des minutes, pendant que Garner l’implorait 11 fois : „I can’t breathe“. 

Les manifestations de masses aux États-Unis ne dénoncent pas des incidents racistes individuels. Ils dénoncent un racisme structurel qui définit les États-Unis depuis toujours, et ils s’opposent surtout contre la déshumanisation persistante et les meurtres continus d’Afro-Américain.e.s par l’État et des vigilantes auto-proclamés blancs.

Le racisme n’est pas seulement une attitude personnelle, mais un modèle d’affaires dans lequel les humains non-blancs valent moins que les blancs, et un modèle de société dans lequel ces humains sont seulement des moyens pour arriver à une fin. Aux États-Unis, et aussi en Europe.

Aucune population aux États-Unis ne devient plus souvent victime de violence policière gratuite que les Afro-Américain.e.s. Aucune population n’est plus souvent acheminée, moyennant des lois taillées sur elle, vers le système carcéral privatisé où les États-Unis détiennent presque un quart de tous les incarcéré.e.s du monde. La police américaine travaille depuis des décennies avec du matériel militaire. Procuré pour alimenter l’industrie d’armes, légitimé par un péril « noir » qu’il faut absolument maintenir dans les esprits et mettre en scène par des interventions médiatisées afin de pourvoir continuer de tirer profit de la production d’armes et du complexe carcéral-industriel. Nous nous souvenons des véhicules blindés à Ferguson, Missouri, en 2014, après que la police a touché par balle Michael Brown et l’a laissé saigner à mort dans la rue pendant 4 heures. Au plus tard depuis la menace du président Trump d’envoyer l’armée dans les villes contre la volonté des gouverneurs pour « dominer » le peuple, nous nous souvenons aussi des chars dans les rues en flammes de Detroit en 1967 et des émeutes de Los Angeles en 1992. Nous nous souvenons aussi du péril prétendument posé par les refugié.e.s continuellement invoqué en Europe et au contrôle au faciès pratiqué surtout dans le trains, les gares et le aéroports, où l’identité raciale ou ethnique perçue suffit pour légitimer un contrôle policier. Nous nous souvenons de la militarisation de la Méditerranée où des centaines de personnes meurent chaque année. Nous nous souvenons d’Oury Jalloh et de Laya-Alama Condé, tués par la police en Allemagne. Nous nous souvenons d’Amadou Koumé et d’Adama Traoré en France. Nous nous souvenons des innombrables autres persécuté.e.s et tué.e.s par la police en Europe pour leur « race ».

Aucune population aux États-Unis n’était et n’est plus fortement touchée par le CORONA que les Afro-Américain.e.s. Il en est de même pour la population noire au Royaume-Uni. En Allemagne, au début de la vague d’infections actuelle, les foyers de réfugié.e.s surpeuplés furent simplement scellés du monde extérieur par la police, pendant que le virus se propageait à l’intérieur, infectant et tuant nombre de personnes. Au Luxembourg, certain.e.s réfugié.e.s ont dû endurer le confinement dans des chambres sans fenêtres dans des containers.

Aucune population aux États-Unis n’est plus exploitée économiquement que les Afro-Américain.e.s. Mais sur les plantages européennes aussi, des migrant.e.s « illégaux »/ « illégales » de l’Afrique sub-saharienne sont exploité.e.s dans des conditions parfois semblables à l’esclavage afin que les aliments restent à bas prix au Luxembourg et ailleurs. Les forces de l’État, par exemple en Italie, ne ferment pas seulement volontairement les yeux sur ces conditions, mais aident à déporter des travailleurs osant réclamer leurs droits. L’étude européenne « Being Black in Europe » publiée en 2018, et les événements suivants sur « Being Black in Luxembourg » ont montré il n’y a que peu de temps qu’aussi au Luxembourg le racisme, surtout contre les noirs, n’est pas seulement présent dans les esprits, mais a des racines profondes dans les conditions sociales. Dans notre pays aussi, la discrimination et l’exploitation sur le marché du travail blessent. 

L’assassinat filmé de George Floyd donne preuve une nouvelle fois que le racisme continue de tuer. Mais la mobilisation pour demander justice pour George Floyd et les autres victimes de la violence policière démontre aussi que ce racisme n’est plus toléré. L’appel « Black Lives Matter ! » nous rappelle de lutter aussi en Europe et au Luxembourg contre l’exploitation structurelle des personnes non-blanches, et surtout noires. déi Lénk est solidaire avec les mouvements de contestation aux États-Unis. déi Lénk soutient aussi les mouvements d’Afro-Descendant.e.s au Luxembourg et lutte contre le racisme et le fascisme en toute forme, partout, à tout moment. De ce fait, déi Lénk appelle le gouvernement luxembourgeois à s’engager au monde et sur place contre toute forme de discrimination et surtout contre le racisme structurel. Nos prochain.e.s ne doivent plus être réduit.e.s à des objets ou commodités, à des main d’œuvres exploitées et invisibles, à des alibis pour l’acquisition de matériel policier et de surveillance.

déi Lénk revendique notamment que:

  • Le gouvernement et le parlement dénoncent de manière directe et par le moyen de l’Union Européenne les États-Unis pour leur racisme structurel, et qu’ils interviennent sans conditions pour la protection des manifestant.e.s
  • Le gouvernement et le parlement doivent prendre des positions claires et fortes contre la militarisation de la Méditerranée et s’engager pour un renforcement des structures humanitaires aux frontières extérieures de l’Europe
  • Le gouvernement et le parlement doivent créer des mesures de contrôle et de pénalisation effectives pour assurer la protection des minorités. Le commerce avec des commodités produites, en Europe ou ailleurs, sous des conditions dédaigneuses de la dignité et des droits humains doit être interdit et les États qui soutiennent ou facilitent un tel commerce rendus responsables devant la justice européenne
  • Le gouvernement et le parlement doivent intervenir contre la discrimination dans le système éducatif, qui, sur base de stéréotypes racistes, oriente les personnes non-blanches prioritairement vers des formations professionnelles avec des perspectives de revenue réduit, et créer activement des mesures pour assurer plus de diversité et d’intégration dans toutes les formes d’éducation et à tous les niveaux
  • Le gouvernement et le parlement doivent créer des mesures de contrôle et de pénalisation effectives contre la discrimination sur le marché du logement, où les réfugié.e.s et personnes non-blanches continuent d’être désavantagés sur base de leur origine ou identité
  • Le gouvernement et le parlement doivent garantir que le contrôle au faciès n’est pas exercé au Luxembourg
  • Le gouvernement et le parlement doivent enfin donner au Centre pour l’égalité du traitement un réel pouvoir, entre autres en augmentant son budget, en rendant la coopération active dans les enquêtes du CET obligatoire sous menace de pénalisation et en accordant au CET le droit de porter devant la justice des cas de discrimination

Le racisme n’est pas simplement une opinion, mais surtout un système d’exploitation et de marginalisation motivé économiquement. L’éducation et les explications sont des instruments centraux mais insuffisants dans la lutte contre le racisme. C’est pourquoi cette lutte – aux États-Unis, en Europe, au Luxembourg – doit aussi être une lutte contre la capacité de tirer profit, matériellement ou personnellement, de la dévalorisation d’autres hommes. 

déi Lénk soutient l’appel de Lëtz Rise Up de manifester le vendredi 5 juin à partir de 14h devant l’ambassade des États-Unis et appelle à paraitre nombreuses et montrer sa solidarité.

Wehret den Anfängen!

Letzte Woche wurde in Luxemburg an den Streik von 1942 gedacht. Damals traten ArbeiterInnen in Wiltz, Esch, Differdingen, Ettelbrück und Diekirch in den Streik, nachdem Gauleiter Simon wenige Tage zuvor die Eindeutschung der LuxemburgerInnen und die Zwangsrekrutierung junger luxemburgischer Männer in die Wehrmacht angekündigt hatte.  21 ArbeiterInnen sollten diesen Mut mit ihrem Leben bezahlen und viele Familien wurden umgesiedelt.

In Chemnitz wurden vor einer Woche diese bösen Geister wieder geweckt. Ausgelöst durch eine Messerstecherei, gab es seitdem fast täglich Ausschreitungen und Übergriffe auf die Polizei, auf die Presse und auf Ausländer. In den Straßen von Chemnitz werden offen rechtsradikale Parolen skandiert. Erschreckend sind hierbei die Reaktionen der Polizei und einem Teil der Politik, die den braunen Mob größtenteils gewähren lassen.

Besonders besorgniserregend ist auch der nun erstmals öffentliche Schulterschluss zwischen der rechtspopulistischen AfD mit der islamfeindlichen Organisation PEGIDA sowie der rechtsextremen Gruppierung „Pro Chemnitz“ im Rahmen eines gemeinschaftlich organisierten „Gedenkmarsches“.

déi Lénk sprechen sich hiermit klar gegen rassistische und fremdenfeindliche Hetze und Gedankengut aus. Wir appellieren an alle, die Augen nicht zu verschließen, und sich rechtem Gedankengut entgegenzustellen. Ohne ein kollektives Entgegenwirken der großen Mehrheit der Gesellschaftwerden rechtspopulistische und rechtsextreme Positionen immer salonfähiger werden.

Die Vorfälle in Chemnitz müssen in einem Blickwinkel der steigenden sozialen Ungleichheiten verstanden werden. Der Verfall der Demokratie kann nur mit einer inklusiven Politik gestoppt werden, die sich für die Belange aller Menschen einsetzt.

Luxemburg ist dabei keine Insel. Identität, Sprache und Wachstum werden in Luxemburg zu den wichtigen Wahlkampfthemen hochgespielt. Dabei werden diese Fragen oft einseitig in der Öffentlichkeit thematisiert und überdecken dadurch viel grundlegendere Herausforderungen, die sich in unserer Gesellschaft stellen wie etwa die Bekämpfung der wachsenden sozialen Ungleichheiten, der Wohnungsnot und der Ursachen und Folgen von Klima- und Umweltschäden. Ortsschilder werden sicherlich niemandem den Zugang zu angemessenem Wohnraum erleichtern, einem Kind aus der Armut helfen oder Ungerechtigkeiten bei der Besteuerung von Einkünften aufheben. 

Pour une transformation des luttes anti racistes

Zu Gast am Land

La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) a sorti son cinquième rapport sur le Luxembourg en février 2018. Dans son rapport, l’ECRI met en lumière la montée d’un discours raciste et islamophobe, et fait état de plusieurs domaines pour lesquels il engage les autorités luxembourgeoises à « élimer toute discrimination structurelle subsistante ». Le premier de ces domaines est celui de l’accès à l’emploi.

Au Luxembourg, 75% des emplois peu qualifiés sont occupés par des personnes issues de l’immigration. Et si le taux de pauvreté est six fois plus élevé parmi les ressortissant.e.s des pays tiers que parmi les nationaux, les populations qui rencontrent le plus de problèmes sur le marché du travail sont les ressortissant.e.s du Cap-Vert, les demandeu.se.r.s de protection internationale et les musulman.e.s. Une étude du Centre d’étude et de formation interculturelles et sociales (CEFIS) sur la communauté capverdienne au Luxembourg montre même que le taux de chômage chez les capverdien.ne.s atteint le triple de la moyenne nationale qui est de 7%. Mais l’aspect le plus préoccupant concerne la scolarisation des enfants. L’étude du CEFIS met en garde contre l’ampleur des discriminations structurelles dans l’éducation et particulièrement pour la communauté capverdienne. En effet, parmi toutes les communautés d’immigré.e.s les plus importantes sur le territoire luxembourgeois, les enfants capverdiens sont de loin ceux qui redoublent le plus souvent une classe. Un échec scolaire que le CEFIS lie aux conditions sociales vécues par les parents immigrés, notamment sur le marché de l’emploi et du logement. L’étude pointe également le sentiment de discrimination et d’injustice ressenti par certains parents concernant l’orientation scolaire de leurs enfants. Il s’agit là, selon eux, de « discriminations indirectes, voire inconscientes, dictées par le système ». Les décisions prises par les enseignant.e.s, qui ont tendance à orienter les élèves capverdien.ne.s vers le modulaire, contribuent à « une rapide ethnicisation des rapports sociaux dans le champ scolaire », une situation ayant pour base « les préjugés véhiculés au Luxembourg à propos des capverdiens ».

La situation démographique particulière du Luxembourg, avec 47% de non-luxembourgeois.e.s résident.e.s, ainsi que 180 000 travailleurs et travailleuses frontalières français.e.s, allemand.e.s et belges également visé.e.s par la xénophobie, a tendance à diluer les discriminations subies par les minorités visibles. Pourtant, le discours de haine qui s’est amplifié depuis le référendum sur le droit de vote des étrangers en 2015, vise principalement les réfugié.e.s et les minorités visibles. Par ailleurs, le sondage réalisé par TNS-ILRES pour le Centre de l’Egalité de Traitement (CET) en 2015, montre que le pourcentage des discriminations relatives à la couleur de peau est plus élevé que tous les autres motifs (14%).

Face à ce constat, il est nécessaire que la lutte pour l’égalité devienne un thème transversal à toutes les autres questions qui concernent la cité, avec un autre mode d’action qui se situerait sur le plan politique, tout comme l’est devenue la cause écologiste dans les années 1970, lorsque les travaux scientifiques sur l’impact de l’industrialisation sur l’environnement ont peu à peu engendré une réflexion politique, suscitant une prise de conscience de la société civile.

Sandrine Gashonga
Candidate aux élections législatives dans la circonscription Centre
Membre de la Coordination Nationale

 

 

 

 

Communiqué de presse – Journée Internationale des Réfugié.e.s

Aujourd’hui, à l’occasion de la journée internationale des refugié.e.s, déi Lénk tient à souligner son engagement en faveur d’un accueil digne de toutes celles et ceux dont le chemin de l’exil a été long et douloureux. Les centres de rétention qui pullulent dans les pays membres de l’Union Européenne, sont le symbole d’une criminalisation de tou.te.s celles et ceux qui sont contraint.e.s à demander l’asile ailleurs, parce que leur existence est menacée dans leurs pays d’origine. Cette politique douteuse ne respecte pas les droits humains. Au-delà du débat sur les coûts financiers de l’accueil des réfugié.e.s, se situe l’aspect bien plus important des conditions d’accueil humainement dignes.

déi Lénk s’oppose ainsi à la décision du ministère de l’Immigration de mettre en place une Structure d’Hébergement d’Urgence (SHUK) , au sein du hall 6 de la Luxexpo au Kirchberg qui a désormais pour seule fonction de retenir avant expulsion les réfugi.é.e.s exclu.e.s du droit d’asile en vertu du règlement européen de Dublin III. déi Lénk condamne également la rétention de mineur.e.s isolé.e.s et non accompagné.e.s dans cette structure et plaide pour la transformation des centres de rétention en centres d’accueil, permettant l’accompagnement régulier des réfugié.e.s dans leurs démarches administratives de demande de protection internationale. Cet accompagnement en centre d’accueil moyennant la collaboration entre différentes organisations et associations humanitaire existantes, pourra inclure des cours d’apprentissage de la langue et de la législation du pays d’accueil, afin de mettre en place les conditions préalables à une intégration réussie en territoire étranger.

déi Lénk rappelle au gouvernement luxembourgeois et à tous les dirigeant.e.s des pays européens, ainsi qu’aux représentant.e.s politiques des institutions de l’Union européenne, que les réfugié.e.s sont des êtres humains et qu’ils ne peuvent pas faire l’objet d’une gestion technocrate de flux sans corps et sans visages. L’exemple de l’Aquarius, ce vaisseau mis en place par une organisation humanitaire qui accueille des réfugié.e.s sauvé.e.s en mer, à qui l’Italie et Malte ont refusé le droit d’accostage, montre à quel point les accords communs en matière de droit d’asile sont bafoués et les droits humains reniés dans l’Europe actuelle. Les véritables criminels sont ceux qui construisent des murs, mettent en place des barbelés et des structures carcérales bloquant les réfugié.e.s  sur leur route interminable vers une vie à l’abri du danger.

Au cœur de l’Europe, le Luxembourg se doit de montrer l’exemple en faisant preuve d’humanité et en refusant d’entrer dans la logique fascisante qui gagne peu à peu l’Europe entière et s’exprime de manière cruelle à la frontière mexicaine des Etats-Unis.

Loi Burka. Les femmes décident.

Ce jeudi, 26 avril 2018, le parlement luxembourgeois s’apprête à voter une loi visant à restreindre les libertés garanties par la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

 

Le projet de loi qui vise principalement le port du voile intégral dans les lieux publics, sous le prétexte de préserver le « vivre ensemble », limite le droit à la liberté des femmes de décider de leur corps et de leurs convictions religieuses.

 

Aucune institution d’ordre public, privé ou religieux n’a le droit d’émettre des lois sur la tenue vestimentaire des femmes. Au Luxembourg, la liberté d’expression religieuse est inscrite dans la Constitution. Les femmes dont la liberté est réprimée par l’usage des mêmes libertés religieuses, ont droit au recours par la loi. En bref, au Luxembourg les femmes ont le droit de voiler si elles le souhaitent tout comme elles ont le droit de ne pas porter le voile. C’est ce qu’on appelle une liberté de choix.

 

Interdire le voile intégral c’est opprimer et infantiliser toutes les femmes !

Interdire le voile intégrale c’est opprimer doublement les femmes qui le portent de force !

Interdire le voile intégrale c’est marginaliser et stigmatiser les femmes musulmanes !

 

déi Lénk s’oppose à l’interdiction du voile intégral, qui reviendrait à vouloir éteindre le feu par le feu, ou défendre nos libertés en les sacrifiant !

 

Pour favoriser le vivre ensemble, il faut une réelle politique d’intégration. Cette politique d’intégration devra prendre en considération la condition particulière des femmes racisées, immigrées ou migrantes, davantage exposées à la précarité, à l’isolement et à des situations de violence. En tant que citoyennes à part entière, les femmes portant le voile intégral devraient être impliquées dans les décisions sur les questions qui les concernent.

 

(-) Battons-nous contre des tenues vestimentaires imposées, exigeons aussi le droit de porter une mini-jupe sans être importunées.

(-) Battons-nous pour le droit des femmes de décider elles-mêmes de leur corps.

(-) Engageons-nous pour des salaires décents, des pensions décentes, une sécurité sociale et un système de santé performant, pour sortir les femmes de la précarité (40% des familles monoparentales – ayant à majorité une femme comme chef de ménage – sont pauvres !).

(-)Bannissons la violence domestique et offrons à toutes les femmes quelque soit leur religion, la meilleure aide possible pour les sortir de l’enfer d’un partenaire violent.

(-)Favorisons l’accès des femmes aux droits et aux possibilités de recours contre les violences domestiques et le harcèlement moral et sexuel.

(-)Favorisons l’accès à des titres de séjour et au droit de vote des femmes immigrées.

(-)Favorisons l’accès à l’éducation, la formation et l’emploi de toutes les femmes.

(-)Battons-nous contre la publicité sexiste qui fait du corps des femmes une marchandise.

(-)Défendons enfin les droits des communautés LGBTIQ de vivre librement leur orientation sexuelle.

Projet de Loi 7129 – Convention 169 de l’OIT

Ëm wat geet et bei dësem Gesetz?

Mat dësem Gesetz ratifizéiert Lëtzebuerg d’Konventioun 169 vun der Organisation Internationale du Travail (OIT) zum Schutz vun den indigene Vëlker (peuples indigènes et tribaux). Dorënner versteet een d’Ureinwohner an engem Land oder traditionell Communautéiten, déi sech vun dem Rëscht vun der Bevëlkerung duerch hir Traditiounen ënnerscheeden a sech selwer och als Communautéit gesinn.

D’UNO schätzt, datt et an der Welt ronn 370 Milliounen Indigener gëtt. Oft ginn se diskriminéiert oder vun hirem Land verjot, zum Beispill wéinst dem Ofholze vun de Bëscher, grousse Projete fir den Ofbau vu Ressourcen oder beim Bau vu Staudämm.

Dës Konventioun stäerkt hir Rechter an erkennt ënnert anerem hiert Recht op Land un. En zentrale Punkt ass déi sougenannten „consultation préalable“. Wa staatlech Instanzen oder privat Entreprisen e Projet op dem Territoire vun enger indigener Communautéit plangen, muss déi virdrunner informéiert an hir Zoustëmmung ginn.

Wat ass wichteg bei dësem Gesetz?

D’ILO-Konventioun 169 aus dem Joer 1989 ass eng erfollegräich Initiativ, déi zemools am latäinamerikanesche Raum ganz wichteg Repercussiounen huet. De Bäitrag, deen se do fir d’Unerkennung a fir de Schutz vun indigene Communautéite geleescht huet, kann ee net genuch ervir sträichen. Virun allem d’consultation préalable ass mëttlerweil zu engem zentralen Instrument gi fir hir Emanzipatioun.

Lëtzebuerg huet zwar selwer keng indigen Bevëlkerung, stäerkt awer mat der Ratifikatioun dës Konventioun op internationalem Niveau an hëlleft dobäi, hir Prinzipien zu engem globale Standard ze maachen. Wat méi Länner bäitrieden, wat dës Konventioun méi unerkannt gëtt. Dofir hunn eng ganz Rei vu Lëtzebuerger ONGen och säit Jore Campagne gemaach, fir datt mir dës Konventioun adoptéieren.

Donieft däerf dës Ratifikatioun awer net just e symboleschen Akt bleiwen. Si muss eis engersäits zum Nodenke bréngen, iwwert den Impakt, dee mir iwwert onsere Konsum op déi Communautéiten hunn an anerersäits awer och konkret Auswierkungen op ons Politik hunn. Datt betrëfft natierlech an éischter Linn ons Aussen- a Kooperatiounspolitik, respektiv ons Wirtschaftspolitik.

Wéi hunn déi Lénk gestëmmt ?

Dofir! Dëse Projet ass dann och eestëmmeg ugeholl ginn. déi Lénk huet bei dëser Geleeënheet och nach eng Motioun deposéiert, fir datt Lëtzebuerg och nach aner wichteg Konventioune vun der OIT ratifizéiert. Dës Motioun ass schlussendlech un déi zoustänneg Kommissioun weider geleet ginn.

All d’Dokumenter iwwer dëst Gesetz sinn hei ze fannen

 

 

 

 

Question parlementaire: demandeurs d’asile LGBTI

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 du Règlement de la Chambre des Députés, je vous prie de bien vouloir transmettre la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre de l’Immigration et de l’Asile.

Comme le note l’UNHCR dans un rapport de décembre 2015, la discrimination légale, sociale et culturelle à l’encontre de personnes LGBTI (lesbian, gay, bisexual, transgender, intersex) est omniprésente sur une échelle planétaire. Ainsi, l’institution onusienne insiste sur le fait que même dans les pays où il n’existe pas de lois criminalisant les personnes LGBTI, des préoccupations importantes en matière de protection peuvent exister. Parmi les réfugiés et demandeurs d’asile, les personnes LGBTI sont considérées comme étant particulièrement vulnérables.

Ce constat a également été établi par le Parlement européen, qui a adopté le 8 mars 2016 un rapport sur la situation des femmes réfugiées et demandeuses d’asile, lequel porte également une attention particulière à la situation des personnes LGBTI. Selon le rapport, ces dernières sont « victimes de formes particulières de persécution fondée sur le genre, qui sont encore trop souvent non reconnues dans les procédures d’asile ».

Ce même rapport souligne d’ailleurs que même dans les pays jugés sûrs, les personnes LGBTI peuvent être victimes d’abus et ont donc des raisons légitimes de demander une protection. Il invite tous les Etats membres à adopter des procédures d’asile et à élaborer des programmes de formation tenant compte des besoins spécifiques des personnes LGBTI et insiste sur la nécessité de mettre en place des installations d’accueil sensibles à leurs besoins.

Le rapport du parlement européen soulève aussi des questions quant au concept des « pays sûrs » entraînant des procédures d’asile accélérées. Dans ce contexte, il appelle à tenir « pleinement compte de la situation des femmes, des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) et des autres groupes vulnérables, en prévoyant le cas échéant des dérogations spécifiques ».

Considérant ce qui précède, je voudrais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre :

1) Pouvez-vous m’informer du nombre de demandes d’asile qui ont été déposés ces dernières années – exclusivement ou entre autres – au motif de discriminations sexuelles ou de genre dans un contexte LGBTI ? Quel est le taux de reconnaissance du statut de ces demandes ?

2) A l’aide de quels critères les autorités luxembourgeoises évaluent-t-elles la situation sécuritaire dans les pays d’origine pour les personnes LGBTI, sachant que la situation légale dans ces pays n’est souvent pas un indicateur suffisant pour exclure tout risque de persécution ou de répression ?

3) Est-ce que la procédure d’asile accélérée, appliquée pour des demandeurs d’asile originaires de pays considérés comme sûrs par le Luxembourg, prend en compte la situation vulnérable des personnes LGBTI et prévoit des dérogations spécifiques ?

4) Est-ce que les fonctionnaires de la direction de l’immigration (service des réfugiés), ainsi que le personnel encadrant des centres d’accueil, ont bénéficié d’une formation spécifique sur la question des demandeurs d’asile LGBTI ?

5) Monsieur le Ministre est-il au courant d’éventuelles situations d’harcèlement ou de violence envers des personnes LGBTI dans les centres d’accueil?

6) Est-ce que les centres d’accueil prévoient des installations ou des procédures sensibles aux besoins des personnes LGBTI ?

 

Veuillez croire, Monsieur le Président, à l’expression de mes sentiments respectueux.

Marc Baum

Député

Question parlementaire: élection des membres du Conseil national pour étrangers

Conformément à l’article 80 du Règlement de la Chambre je souhaite poser les questions suivantes à Madame la Ministre de l’Intégration Corinne Cahen:

Monsieur le Président,

Le Conseil national pour étrangers (CNE) est un organe de consultation du gouvernement créé par la loi du 27 juillet 1993 concernant l’intégration des étrangers au Grand-Duché de Luxembourg ainsi que l’action sociale en faveur des étrangers. Les 34 membres effectifs que compte le CNE ainsi que les 34 membres suppléants sont élus tous les cinq ans sur base d’un règlement grand-ducal de 1995 et modifié en 2007. Conformément à l’article 12 de ce règlement l’Office luxembourgeois de l’accueil et de l’intégratio (OLAI) est obligé de faire un appel aux candidatures au moins 40 jours avant la date fixée pour le scrutin. Or, la prochaine élection du CNE est fixée au 12 juin 2017, mais un appel aux candidatures n’a toujours pas été publié par l’OLAI.

Dès lors j’aimerais poser la question suivante à Madame la Ministre de l’Intégration :

  • Pourquoi cet appel aux candidatures pour le Conseil national pour étrangers n’a-t-il pas été lancé dans les délais imposés par le règlement grand-ducal précité ?

 

Avec mes salutations respectueuses,

David Wagner
Député

déi Lénk soutient l’action du Front Polisario devant la CJUE

L’UE ne saurait conclure ni appliquer des accords de libre-échange au mépris des droits fondamentaux des populations, en particulier lorsque celles-ci se trouvent sous occupation militaire.

Une procédure devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) oppose actuellement le Conseil et la Commission de l’UE au Front Polisario, mouvement de libération nationale du Sahara occidental, reconnu par l’ONU comme le représentant légitime du peuple sahraoui. Cette action fait suite à l’annulation en première instance, par le Tribunal de l’Union européenne (TUE), de la décision du Conseil de conclure, en 2012, un accord agricole avec le Maroc s’appliquant non seulement au territoire de celui-ci, mais également au Sahara occidental, que le Maroc occupe militairement et colonise depuis 1975.

Indépendamment du fait que déi Lénk ne peut que soutenir les aspirations légitimes à l’autodétermination du peuple sahraoui, dernier peuple colonisé d’Afrique, l’affaire en cours devant la CJUE illustre également les graves dérives auxquelles l’idéologie du libre-échange aveuglément promue par les États membres et la Commission de l’UE doit inévitablement conduire.

Comme dans le cadre des négociations sur le TTIP et le CETA, les gouvernements des États membres et la Commission ont démontré, dans le cadre de l’accord agricole avec le Maroc, leur perméabilité face aux exigences des multinationales, et leur incapacité à adopter une position ferme face aux revendications inacceptables de certains gouvernements étrangers. Tout comme avec le TTIP et le CETA, États membres et Commission sacrifient les intérêts des populations locales sur l’autel d’un libre-échange tous azimuts, dont déi Lénk est le seul parti luxembourgeois à systématiquement dénoncer les ravages.

L’affaire en cours devant la CJUE est particulièrement révélatrice de ces dérives. Elle montre comment l’UE, plutôt que d’imiter en cela les États-Unis, la Suisse, la Norvège et l’Islande, qui ont explicitement exclu le territoire du Sahara occidental de leurs accords bilatéraux avec le Maroc, a permis au Maroc d’appliquer l’accord agricole au Sahara occidental, territoire qu’il revendique comme sien, même si aucun État au monde ne reconnaît cette annexion illégale. Pire, en envoyant des missions sanitaires sur place et en agréant des exportateurs marocains basés au Sahara, l’UE participe activement à la politique coloniale marocaine, dont le but est de rendre à jamais impossible la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario pour le référendum d’autodétermination des Sahraouis réclamé par l’ONU.

Les ressources du Sahara occidental concernées par l’accord sont aujourd’hui exploitées essentiellement au profit du roi du Maroc, dont le peuple, vivant dans la pauvreté, est privé de services publics élémentaires (taux d’analphabétisme : 32,2 % selon l’ONU), et d’investisseurs étrangers. Quant aux Sahraouis, dont les aspirations à la liberté sont régulièrement réprimées dans le sang, ils se voient exclus de l’essentiel des bénéfices ainsi générés.

Ignorer des violations graves de droits de l’homme, saboter un processus de paix demandé par l’ONU, au nom du libre-échange, est absolument inadmissible. Aussi, pour déi Lénk, il ne saurait être question de maintenir en vigueur les accords actuels avec le Maroc, tant qu’ils s’appliqueront au Sahara occidental. En particulier, déi Lénk demande au gouvernement luxembourgeois d’imiter l’exemple des Pays-Bas, en notifiant unilatéralement au gouvernement marocain que les accords entre les deux pays ne s’appliquent pas au territoire du Sahara occidental.

Détachement: déi Lénk soutient les travailleurs du bâtiment

Jeudi 16 juin 2016, de 9.00 à 11.00 heures, à l’occasion de la réunion des ministres du travail européens, la Fédération européenne des travailleurs du bâtiment manifestera, avec le soutien de la CES et de l’OGBL, à la Place de l’Europe au Kirchberg.

Pour une fois, une manifestation ne sera pas dirigée contre des aspects de la politique européenne, mais appelle au contraire au maintien l’actuel projet de révision de la directive de 1996 concernant le détachement de travailleurs. La Commission européenne prévoit en effet d’amender cette directive afin d’instaurer une égalité de traitement avec les travailleurs du pays d’accueil, allant au-delà du salaire social minimum.

Cette proposition se heurte actuellement à l’opposition des parlements de 11 pays européens, comprenant la Grande-Bretagne et les pays de l’Est européen. C’est contre cette coalition de pays favorables au dumping social que la manifestation est dirigée.

Il s’agit d’un débat crucial au Luxembourg qui est en première ligne du détachement tant d'”importation” que d'”exportation”, et pas seulement dans le secteur du bâtiment. Dans l’intérêt également des travailleurs mobiles des 11 pays en question, il faut éviter le dumping social et ceci ne peut être fait qu’au niveau européen. Voilà pourquoi nous soutenons cette manifestation syndicale européenne.

logo European Left logo GUE/NGL logo Transform! Europe